Histoire de la Célébration

Le 12 de Rabic al-awwal de chaque année, après la prière de Maghrib, les quatre qadis de la Mecque (représentant les Quatre Ecoles) et de nombreux groupes comprenant les fouqaha’ (juristes) et les fouala’ (notables) de la Mecque, les cheicks, les enseignants des zawiya et leurs élèves, les rou’assa’ (magistrats) et les savants (moutacammamin), sortent ensemble de la mosquée et visitent le lieu de naissance du Prophète (s), récitant dhikr et tahlil (LA ILAHA ILLALLAH). Les maisons sur le parcours sont illuminées par de nombreuses lanternes et bougies, et les gens sortent pour se mêler au cortège. Tous se revêtent de leurs plus beaux habits et amènent leurs enfants. Une fois le lieu atteint, un sermon spécial est prononcé pour l’occasion de sa naissance mentionnant les miracles (karamat) qui eurent lieu en ce jour. Ensuite la douca’ pour le sultan (le Caliphe), l’Emir de la Mecque et le qadi Chafici est récitée et tous prient humblement. Peu de temps avant la prière de cIcha’, tout le groupe retourne au lieu de naissance du Prophète (s) à la grande mosquée qui déborde de gens. Tous s’asseyent en rang au pied du Maqam Ibrahim. Dans la mosquée, un prêcheur prononce d’abord le tamid (AL AMDOULILLAH) et le tahlil, et une fois de plus fait une douca’ pour le Sultan, l’Emir, et le qadi Chafici. Après cela, l’appel pour la prière du cIcha’ est fait. La prière achevée, le groupe se disperse.

Une description similaire est donnée par al-Diyarbakri (ob. 960) dans son Ta’rikh al-Khamis.

 

La Célébration du Mawlid aujourd’hui dans les pays musulmans

Aujour’dhui dans tous les pays musulmans, les fidèles célèbrent l’anniversaire du Prophète (s). Cela peut se voir en Egypte, en Syrie, au Liban, en Jordanie, en Palestine, en Iraq, au Koweit, en Afghanistan, aux Emirats, en Arabie Saoudite (non officiellement mais dans la majorité des familles), au Soudan, au Yémen, en Libye, en Algérie, au Maroc, en Tunisie, en Mauritanie, à Djibouti, en Somalie, en Turquie, au Pakistan, en Inde, au Sri Lanka, en Iran, en Azerbaidjan, en Ouzbekistan, au Turkestan, en Bosnie, en Indonésie, en Malaisie, au Brunei, à Singapour, et dans la plupart des pays musulmans. C’est une fête nationale dans la plupart des pays arabes. Tous ces pays, O Nation de l’Islam, célèbrent ce grand évènement. Comment une minorité peut-elle venir aujourd’hui déclarer de haram la célébration du Mawlid? Et qui sont ces savants qui sont contre la célébration du Mawlid, en comparaison aux houffaz (savants de hadiths) et les savants de la communauté dont Abou Chama, `Asqalani, Souyouti, Sakhawi, Haythami, Chawkani, et al-Qari, qui déclarèrent tous le Mawlid d’action louable? Comment les «Salafi» peuvent-ils déclarer quelque chose de haram quand le plus strict de leurs savants, Ibn Taymiyya, permit de célébrer sous certaines conditions, et qu’Ibn al-Jawzi et ibn Kathir encouragèrent chacun en rédigeant un livret intitulé Mawlid et composé de poèmes et de passages tirés de leur sira?

Après avoir mentionné les opinions de Ibn Qayyim, nous présentons maintenant celles de Ibn Taymiyya et d’autres:

Peace and Blessings upon the Prophet, his Family, and his Companions

© 2012 As-Sunnah Foundation of America

Page 2 of 2 | Previous page

Leave a comment

You must be